Haut de page

Notre laboratoire d’analyses microbiologiques dispose des accréditations COFRAC et de l’agrément du Ministère de la Santé pour garantir l’ensemble de ses prestations analytiques.

Analyse de potabilité : prestation de contrôle sanitaire des eaux de consommation

La qualité de l’eau potable est encadrée par la Directive européenne 98/83 du 3 novembre 1998 et le décret 2001-1220 du 20 décembre 2001, qui fixe les limites et références de qualité pour l’eau potable.

En France, les normes applicables sont définies dans les arrêtés du 11 janvier 2007 et du 21 janvier 2010.

A noter, la parution de la Directive européenne 2020/2184 du 16 décembre 2020 applicable au 13 janvier 2023 en remplacement de la Directive européenne 98/83 du 3 novembre 1998.

Les analyses d’eau au niveau du réseau de distribution sont de type D1 ou D2.

  • Les D1 simplifiées comportent uniquement des analyses microbiologiques.
  • Les D1 regroupent des tests microbiologiques et quelques tests physico-chimiques.
  • Les D2 contiennent des analyses chimiques complémentaires.

Analyse de potabilité des eaux de consommation

Analyse de potabilité des eaux de consommation

 

Critères de contrôles sanitaires des eaux de consommation

Les critères réglementaires indiquent des exigences de qualité et des références de qualité.

Les exigences de qualité déclassent l’eau en non conforme avec une consommation interdite et une action impérative (traitement, réparation canalisation…) avec contre analyse pour garantir à nouveau la potabilité.

Les références de qualité sont à titre indicatifs. Elles sont équivalentes à des valeurs recommandées. Une action est conseillée pour retrouver une meilleure maîtrise de la qualité de l’eau du réseau.

La qualité microbiologique de l’eau repose sur :

  • Des actions préventives qui visent à éviter l’introduction de bactéries dans le réseau (entretien et désinfection régulière des réseaux).
  • Des actions curatives afin d’éliminer les microorganismes présents (filtration, désinfection (chlore ++, ozone, UV).

En complément des analyses régulières permettent de garantir la qualité d’eau distribuée.

 

Paramètres microbiologiques analysés dans une D1 :

Bactéries aérobies revivifiables à 22 et 36°C

Ces bactéries représentent la flore bactérienne totale de l’échantillon. C’est la variation du nombre de bactéries d’un facteur 10 entre deux analyses qui indique une dégradation de la qualité de l’eau, mais pas le nombre. Par conséquent, la présence de ces bactéries ne rend pas l’eau non conforme.

Bactéries coliformes

Ce terme rassemble des espèces bactériennes qui vivent dans l’intestin des animaux mais aussi dans l’environnement. Même si ces bactéries ne sont pas systématiquement d’origine fécale, leurs présences dans l’eau n’est pas recommandée mais cela ne rend pas l’eau non conforme.

E. coli et Entérocoques 

Ces paramètres sont des indicateurs de contamination fécales. Leur présence indique potentiellement la pollution de l’eau par des bactéries d’origine fécale (ex : Salmonelle). En cas de présence, l’eau est déclarée non conforme.

Spores de microorganismes anaérobies sulfito-réducteurs

Ce paramètre en plus d’être un indicateur de contamination fécale, permet d’obtenir un historique sur une éventuelle contamination ancienne du réseau. Cette forme de spore permet à la bactérie de résister aux traitements et de se développer à nouveau lorsque les conditions sont favorables. En cas de présence, l’eau est déclarée non conforme.

En complément de ces analyses microbiologiques, des analyses organoleptiques (odeur, saveur) et physico-chimique (pH, conductivité, turbidité, couleur, chlore, nitrite, nitrate, ammonium, fer, aluminium) sont réalisées.

Pour plus d'information concernant l'analyse de potabilité,
Contactez nous en cliquant ici
 

 

 

Prélèvement légionelle et analyse : prestation de gestion du risque

  • Sur les tours de refroidissement (TAR) selon l’arrêté du 14 décembre 2013
  • Sur les eaux chaudes sanitaires (ECS) selon l’arrêté du 1er février 2010
  • Analyses de legionella et de legionella pneumophila

 

La légionellose est une infection pulmonaire provoquée par des bactéries du genre Legionella (légionelle).

Trois facteurs doivent être réunis pour provoquer la légionellose :

  • Contamination de l’eau par des légionelles
  • Dispersion de microgouttelettes d’eau contaminée
  • Inhalation de ces microgouttelettes

Ainsi les sources d’exposition sont associées à la création de ces aérosols :

  • Lors de l’utilisation d’eau chaude sanitaire (ECS) : ex : douches, bains à remous.
  • Lors du fonctionnement des tours aéro-réfrigérantes à voie humide (TAR).

En France, la réglementation repose sur l’arrêté du 14 décembre 2013 pour les TAR et l’arrêté du 1er février 2010 pour les eaux chaudes sanitaires (ECS).

Des mesures d’entretien préventif doivent être mise en œuvre de façon à maintenir en permanence la concentration en Legionella pneumophila inférieur à 1000 unités formant colonies par litre (UFC/L).

Pour éviter le développement de légionelles, il faut agir à trois niveaux :

  • Empêcher la stagnation de l’eau,
  • Lutter contre l’entartrage et la corrosion de l’installation,
  • Maîtriser la température de l’eau sur l’intégralité de l’installation.

Prélèvement légionelle et analyse

Prélèvement légionelle et analyse

 

Légionelle

La Legionella est une bactérie à croissance lente qui nécessite 8 à 10 jours de mise en culture. Lorsque la présence de bactéries du genre Legionella est confirmée, la recherche de l’espèce Legionella pneumophila est systématiquement réalisée. En effet, cette dernière est majoritairement responsable des cas de légionellose.

Si des résultats positifs sont confirmés avant les 8 ou 10 jours, des alertes sont transmises afin d’engager des mesures rapidement.

Conformément aux prescriptions des textes réglementaires, en cas de dénombrement supérieur à 1000 UFC/L les souches bactériennes sont conservées 3 mois afin de pouvoir procéder, si besoin, à des investigations épidémiologiques.

Pour plus d'information concernant
nos prestations de risque légionelle,
Contactez nous en cliquant ici
 

 

 

Prestation d’évaluation de la toxicité de l'eau.

Cette prestation est proposée sur des effluents dans le contexte de la Directive cadre sur l’eau et respecte les arrêtés du 21 décembre 2007 et du 20 mars 2015.

L’écotoxicologie est l’étude des effets des polluants toxiques dans les écosystèmes (ex : pesticides, PCB).

L’utilisation des daphnies permet d’obtenir rapidement des informations sur l’ensemble des polluants des eaux ayant une toxicité suffisante pour inhiber le développement et/ou l’activité des organismes aquatiques.

Ce test permet de révéler une toxicité aigüe c’est-à-dire une toxicité à court terme.

Ces résultats contribuent au calcul de la teneur en équitox/m3. Cette donnée correspond à la quantité de toxicité dans 1 m3 d’eau qui immobilise, au bout de 24 h, 50% des daphnies présentes. Cette valeur est utilisée pour le calcul des modalités d’établissement des redevances pour pollution de l’eau.

 

Evaluation de la toxicité de l'eau

Analyse microbiologique : prélèvement et analyses des eaux de consommation

 

Les daphnies pour évaluer la toxicité de l'eau

Le test de toxicité sur les daphnies impose de disposer de notre propre élevage de Daphnia magna. Seuls les individus âgés de moins de 24h sont autorisés pour pratiquer l’essai et plus de 100 daphnies peuvent être utilisées par test.

Le choix de cette espèce repose donc sur ses caractéristiques :

  • facilité d’élevage,
  • cycle de reproduction rapide
  • ponte abondante.

Le résultat obtenu est exprimé par le terme CE50-24H qui correspond à la concentration d’échantillon qui inhibe en 24 h la moitié de la mobilité des daphnies mises en expérimentation.

Pour plus d'information
concernant l'évaluation de la toxicité de l'eau,
Contactez nous en cliquant ici
 

© CTC - 2021
CTC Groupe - 4 rue Hermann Frenkel - 69367 Lyon Cedex 7, France